L'animal lecteur

04 août 2017

Don Delillo : "Great Jones street"

Don DELILLO : "Great Jones Street"

 

Great-Jones-street

C'est pas un livre c'est une ambiance, une sorte de roman rock, genre concept album psychédélique et foutraque. A partir d'une idée de départ intéressante, celle d'une rock star mondiale qui décroche subitement, laissant journalistes, fans et musiciens dans l'inconnu, le traitement est particulier. Malgré quelques bonnes réflexions sur l'art, l'artiste, la vie, le marché de la musique, la création ... Il y a aussi des personnages intéressants, et cela bien au delà du seul héros, Bucky. Mais le tout ne prend pas. C'est quelque peu sinistre, l'écriture est laborieuse (bravo en passant à la traductrice qui fait un travail remarquable) et la lecture aussi.

Pourtant en début de lecture j'ai trouvé cette atmosphère et cet humour décalé vraiment génial, j'ai cru être atteint par un coup de coeur, mais la descente a été difficile et brutale, comme après un shoot d'héro. Dommage.

Que le rock soit avec toi malgré tout. Tiens j'vais aller m'écouter L.A.Woman ....

 

Posté par fran6h à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 juillet 2017

Honoré de Balzac : "Le cousin Pons"

Honoré de BALZAC : "Le cousin Pons"

iCousin pons

La comédie humaine donne ici à voir la face sombre de l'humanité. On devrait presque dire de l'inhumanité tant c'est noir, c'est mauvais, c'est méchant. Balzac explore ici la face sombre, la perversité guidée par l'envie, la convoitise, la haine.

Et pourtant le cousin Pons n'apparaît pas immédiatement comme un personnage sympathique. Véritable pique-assiette, collectionneur, amoureux du bric à brac, il a fini par amonceler un véritable trésor fait d'oeuvres d'art, peintures, bibelots, objets .... qui fera l'objet de toutes les tentations de la part d'une multitude de personnages qui chercheront à capter cet héritage potentiel. La portière Cibot, le brocanteur Rémonencq, les parents Camusot ou Popinot, l'avocat Fraisier, le marchand d'art Magus, le directeur du théâtre... Et dans ce monde perverti, l'amitié réelle (une forme d'amour s'il en est) de Schmucke. Tous  deux sont musiciens de théâtre et s'aiment avec sincérité et désintérêt.

C'est tout le monde de cette monarchie de Juillet qui est ici passée au peigne fin de l'analyse par l'auteur, avec humour et ironie, sans concessions et sans pudeur. C'est magistral par cet aspect. On entre dans les arcanes des relations interpersonnelles régies par le droit que chacun cherche à exploiter au mieux à son profit. Que ne ferait-on pour une rente annuelle qui mette à l'abri du besoin pour le restant de ses jours ? L'amitié véritable et la mort dans tout ça ne sont pas des obstacles et les plus vicieux finiront par l'emporter.

Un grand Balzac.

 

Posté par fran6h à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2017

Dans le sac pour les vacances

Chaleur, torpeur, bonheur ...

 

On remplit le sac avant de partir :

Vacances 2017

Posté par fran6h à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2017

Hédi Kaddour : "Les prépondérants"

Hédi KADDOUR : "Les prépondérants"

les-preponderants

"Les prépondérants" c'est le nom d'un club dans l'Afrique du Nord coloniale, fort de ces certitudes de suprématie, de civilisation et de culture. A Nahbès, ville imaginaire d'un territoire sous protectorat, vit une population composite d'indigènes, arabes,  d'européens, colons français mais également italiens et espagnols et de juifs. Cette population se mélange peu ce qui garantit la stabilité de l'édifice. Et pourtant dans cette Afrique du Nord des années 1920, la certitude de l'organisation coloniale sera ébranlée.

"Les prépondérants" c'est le roman de cette fissure, de cette déchirure vue à travers quelques personnages forts, Rania, Si Ahmed, Ganthier, Gabrielle, Kathryn et surtout Raouf.

Hédi Kaddour allume l'étincelle avec l'arrivée d'une équipe de cinéma américaine venue pour le tournage d'un film. Réalisateur, comédiens, techniciens, vont apporter leur vision du monde. Le choc. Et la place des femmes dans ce nouveau monde va ébranler l'édifice séculaire. Trois perceptions s'opposent, celle de la tradition musulmane, celle des colons français et celle d'une nouvelle civilisation conquérante et porteuse d'un message de liberté des peuples depuis la victoire de 1918.

Le monde change et le voyage en Europe, entre la France et l'Allemagne,  nous permet de replacer les événements locaux dans un ensemble plus vaste, fait de vengeance d'un côté et de ressentiment de l'autre. Raouf, le lettré, prend conscience d'une liberté des moeurs et de l'insouciance de la jeunesse porteuse d'un avenir révolutionnaire.

Et le retour au pays, et les soubresauts de la révolte qui gronde, du soulèvement, de l'envie de mettre à bas le système colonial. Mais pour aller où ? Les américains reviennent pour un autre tournage ... et avec eux, dans les bagages, les germes d'une nouvelle colonisation qui s'étendra tout au long du XXème siècle.

C'est un très bon roman, écrit avec beaucoup de soin, très riche, porteur de nombreux thèmes du monde contemporain mais aussi bourré d'anédoctes et de scènes cocasses et drôles. Situé dans un contexte géographique et historique précis, ce texte place néanmoins chaque homme, chaque lecteur aussi, dans un monde complet, global et en perpétuel mouvement.

 

 

 

Posté par fran6h à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2017

Cyprien Mycinski : "Via Francigena, traverser l'Italie à pied"

Cyprien MYCINSKI : "Via Francigena - Traverser l'Italie à pied"

Via-Francigena

On a tous en tête les milliers de récits de randonneurs, cheminant sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, cherchant qui la spiritualité, qui la quête personnelle, qui la sérénité ou l'aventure ...

Ici, on sort des sentiers battus. Cyprien Mycinski nous emmène, de son pas lent et serin à travers l'Italie, que l'on traverse du nord-ouest au sud-est. La Via Francigena est une voie tracée depuis le plus haut moyen âge et qui emprunte parfois des voies romaines, qui serpente dans toute l'Europe du nord au sud pour conduire les pèlerins vers Rome et l'Orient (via les ports de l'Italie adriatique).

On part des Alpes, la rudesse de la Vallée d'Aoste, la monotonie de la plaine du Pô, la beauté éblouissante de la Toscane, le souffle de l'histoire des hommes dans le Latium, la traversée des Appenins, le soleil écrasant des Pouilles et l'arrivée sur l'Adriatique. C'est long mais c'est varié.

Le récit également est varié, même s'il peut paraître long et parfois ennuyeux, comme peut l'être l'enchainement des jours de marche solitaire.

Mais au-delà du récit de voyage, l'auteur ne s'attarde pas trop sur les aspects quotidiens de sa traversée pour toujours avoir le soucis de nous faire partager des découvertes et de les replacer dans un contexte culturel, géographique ou historique particulier. On traverse l'Italie certes, mais toute l'Italie. Celle des étrusques, celle des romains, celle des papes, celle de la Renaissance, celle de l'occupation napoléonienne, celle de la lutte pour l'unité, celle de la résistance au fascisme, de l'industrialisation, celle des hommes et des femmes, celle des contrastes, celle que l'on aime.

Merci à Babélio et à Masse Critique pour m'avoir fait découvrir cette expérience qui donne envie de partir, sac au dos à travers cette péninsule si riche de sa diversité.

 

Posté par fran6h à 10:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2017

Jean Giraud : "Ombres sur Venise"

Jean GIRAUD : "Ombres sur Venise"

 

ombres

Quand on aime Venise, on ne peut qu'être tenté par cette lecture. On entre dans l'intimité de la ville, dans son ambiance, dans son sein loin des sites mondialement connus, du grand canal, de Saint Marc et du Rialto. Et pour cause. Les meurtres horribles qui y sont perpétrés ont toujours lieu dans des endroits peu fréquentés des touristes, le soir en général et touchent des passants isolés. Et tout ceci en plein hiver.  Avec ce polar, l'enquête nous conduit dans les profondeurs de la cité, dans les palais abandonnés, les anciens chantiers navals, des lieux souvent délabrés loin du faste et de l'imaginaire de la Cité des Doges.

Sans être un grand polar, l'auteur nous ballade, non seulement à travers la ville, mais aussi de l'art contemporain à la mythologie. Et tout doucement, alors que l'horreur et la terreur envahissent calle et campi, le récit passe de l'enquête policière au fantastique, à l'imaginaire, à l'extraordinaire.

Et ce n'est donc pas la police et ses méthodes traditionnelles ou scientifiques qui permettront de mettre fin au massacre. Seul un groupe d'hommes hétéroclites, à la fois curieux et ouverts, dont les intelligences sont complémentaires arrivera à comprendre de quoi il s'agit ... Si le lecteur est lui aussi ouvert, il se laissera alors emporté par cette aventure hors du commun malgré une narration parfois déroutante ou maladroite.

 

 

 

 

 

Posté par fran6h à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2017

Valérie Zenatti : "Jacob, Jacob"

Valérie ZENATTI : "Jacob, Jacob"

jacob-jacob,M170532

Constantine 1944, Jacob a tout juste dix neuf ans et le voilà conscrit pour aller libérer la France de l'occupant allemand. Lui, le juif algérien, qui ne rêve que d'amour, de jeunesse, d'insouciance.

Cette Algérie bigarrée où se côtoient des arabes musulmans, des français catholiques et des juifs. Des jeunes qui parfois fréquentent le même lycée. Des jeunes qui se retrouvent à la caserne, puis participent au débarquement en Provence pour libérer un territoire, un pays, qu'ils ne connaissent pas.

Jacob vit à Constantine avec sa famille, des cordonniers, des gens de peu, religieux par tradition plus que par croyance, une famille qui s'entasse dans un petit appartement, une famille où les femmes sont écrasées, condamnées à beaucoup élever les enfants et peu la voix.

Jacob est l'ange de la famille. Rachel, sa mère, le sait bien. Elle qui va le chercher, qui va errer de casernes en casernes à l'affut d'un regard, d'un sourire de son fils. Elle qui va souffrir en silence.

C'est toute une époque et un lieu qui est décrit dans ce court roman. C'est l'Algérie provinciale des années '40, où l'on écoute Cheikh Raymond et Edith Piaf, où le multiculturalisme est naturel sans  qu'on s'en rende compte. C'est aussi l'Algérie qui est en train de changer, celle qui cherche à s'émanciper.

Avec ce roman, à l'écriture fine et ciselée, Valérie Zenatti nous transporte dans un conte familial. C'est fin, c'est pudique, c'est tendre souvent et sans concessions parfois. Une lecture qui donne envie de prolonger la thématique avec "Les prépondérants" d'Hédi Kaddour.

Constantine10

Posté par fran6h à 12:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]