la_fortune_des_rougonEmile Zola constitue ma lecture pour le défi J'aime les classiques du mois d'Octobre sur une suggestion de Yohan.

J'ai donc commencé par le commencement, évidemment j'avais déjà lu Zola (l'assommoir, germinal, l'œuvre, la terre ...), mais là j'attaque dans l'ordre.

Nous voilà donc à Plassans, à l'origine des familles Rougon et Macquart pendant le coup d'Etat de Décembre 1851 qui verra la naissance du Second Empire. L'histoire dure une semaine, mais Zola en profite pour remonter dans la généalogie autour du personnage d'Adélaïde Fouque, matrice de cette famille.

"Pascal fixait un regard pénétrant sur la folle, sur son père, sur son oncle; l'égoïsme du savant l'emportait; il étudiait cette mère et ces fils, avec l'attention d'un naturaliste surprenant les métamorphoses d'un insecte. Et il songeait à ces poussées d'une famille, d'une souche qui jette des branches diverses, et dont la sève âcre charrie les mêmes germes dans les tiges les plus lointaines, différemment tordues, selon les milieux d'ombre et de soleil. Il crut entrevoir un instant, comme au milieu d'un éclair, l'avenir des Rougon-Macquart, une meute d'appétits lâchés et assouvis, dans un flamboiement d'or et de sang."

Les Rougon Macquart c'est une double approche, histoire d'une famille et histoire politique et sociale de la France pendant le Second Empire.

L'amour et la politique sont étroitement mêlés : "C'était la République qui dormait avec Miette, dans un pan du drapeau rouge. Ah ! misère, elles étaient mortes toutes les deux ! elles avaient un trou saignant à la poitrine, et voilà ce qui lui barrait la vie maintenant, les cadavres de ses deux amoureuses."

Ce roman fondateur donne envie de poursuivre l'œuvre de l'auteur mais également de mieux connaître cette épisode de l'histoire de France, notamment de se plonger dans "Napoléon le petit" de Victor Hugo.