Joyce Carol OATES : "Carthage"

carthage

On a connu "Anatomy of a murder" ("Autopsie d'un meurtre" en français), et bien ici c'est un peu l'anatomie d'un chaos familial. Magistralement mené par la plume de Joyce Carol Oates, fidèle aux symboles, aux ambiances sombres, aux personnages torturés, à la dramaturgie familiale et à la réflexion sur la société, à travers la guerre, la prison, les couloirs de la mort.

La jeune Cressida Mayfield de Carthage a disparu. La dernière fois qu'on l'a vue elle était dans un bar avec Brett le fiancé de sa soeur, ce jeune homme revenu traumatisé de la guerre en Irak. Et puis plus rien. Disparue. La voiture de Brett enfoncée dans un chemin forestier, des souvenirs pas très clairs, un pull retrouvé en aval de la rivière ... Le sort de Brett semble scellé.

La jeune Cressida Mayfield n'est pas belle, c'est même la moche, intelligente certes mais moche, comparée à sa soeur Juliet. Physique ingrat, introvertie, sombre, mélancolique.

"Carthage" nous emmène en profondeur dans le chaos familial qui va suivre la disparition de Cressida. Dans cet enchaînement de faits qui brise le fragile équilibre d'une vie familiale harmonieuse.

Par delà le bien et le mal, le lecteur est en permanence balloté, entre vengeance et pardon. La vengeance irrigue tout le texte. Brett cherche t-il à se venger en exorcisant ses souvenirs de guerre, et la rupture de ses fiançailles ? Cressida cherche t-elle à se venger d'être la mal aimée de la famille ? Les parents cherchent-ils à se venger de l'assassin de leur fille ? La société cherche-t-elle à se venger d'un assassin en le punissant ? Les Etats-Unis cherchent-ils à se venger des ennemis du Bien en intervenant militairement en Afghanistan et en Irak au lendemain du 11 septembre ?

Le pardon est-il possible ? Ou n'est-il pas uniquement de nature divine et donc inaccessible aux hommes ?

Encore une fois (après "Mudwoman" et "Maudits") la lecture de Joyce Carol Oates m'a complétement emporté. Superbe !