16 septembre 2017

Marie Redonnet : "La femme au colt 45"

Marie REDONNET : "La femme au colt 45"

 

la-femme-au-colt-45

Un peu de deux heures de train auront suffit pour la lecture de ce roman. A la suite de la répression d'une rébellion dans un pays imaginaire que l'on situe volontiers aux confins de l'Europe de l'est et de l'Asie centrale, Lora s'enfuie laissant mari (emprisonné) et fils (en résistance avec la rébellion). Elle devient clandestine avec pour seul bagage un colt 45 qui lui vient de son père. 

Quelle aventure ! Marie Redonnet, avec des phrases courtes, des chapitres courts, arrive grâce à une puissance évocatrice certaine, à nous faire vibrer avec Lora. Elle connaîtra la menace permanente des hommes, en position de faiblesse s'il n'y avait le fameux colt 45. Mais aussi de belles rencontres.

Forcément la vie change, la conception qu'on en a aussi, la perception du monde alentour évolue, et la personnalité de Lora prend corps dans cette fuite.

Un roman en forme de fable, à l'écriture sans fioritures, qui traite sans pathétique de la situation de ceux qui fuient leur pays, et se retrouvent vite sans rien, dépouillés et à la merci de tous les profiteurs.

 

Posté par fran6h à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 septembre 2017

Joyce Carol Oates : "Je vous emmène"

Joyce Carol OATES : "Je vous emmène"

Je-vous-emmene

Da la vie étudiante dans le nord des États-Unis dans les années 1960, entre sororités, philosophie, amour et lutte contre la discrimination raciale.

Ce court roman nous plonge dans le quotidien d'une étudiante brillante et d'origine modeste à travers trois faits marquants de sa jeune vie. Tout d'abord, l'installation dans une sororité pour elle qui quitte la ferme familiale, et la construction d'un esprit qui se forge dans la philosophie mais aussi dans la confrontation et dans la remise en question des certitudes. Puis vient le temps de l'amour, du premier amour. Un étudiant brillant, philosophe, un noir. Dans cette Amérique des années '60  au coeur du combat pour les droits civiques, elle deviendra une négrophile au jugement et à la capacité de réflexion altérés par son admiration amoureuse. Enfin, au moment de la mort de son père avec la prise de conscience du lien filial qui les unit.

On rentre dans l'intime, et l'auteure excelle à nous y conduire. Appuyée de réflexions philosophiques issus des auteurs majeurs de la discipline et de réflexions personnelles qui égrènent peu à peu le texte, c'est la fabrication de l'esprit qui est ici mise à nue. Un long processus qui, en nous aidant à briser tous les carcans, au-delà de notre propre histoire et de nos propres obsessions, doit nous conduire à la liberté, à l'infinie liberté.

Il s'agit ici probablement d'un roman particulier dans l'oeuvre magistrale de l'auteure, et le fond autobiographique semble évident et pas seulement par l'époque et les lieux choisis. Joyce Carol Oates a un pouvoir d'analyse, de dissection et de description de la société et des rapports sociaux qui surprend toujours. Absolument remarquable, y compris dans ce roman "autobiographique" qui s'inscrit dans une histoire, dans un contexte.

Une oeuvre singulière, intime, libérée.

040119sudkechapterhouse

(une des maisons de sororité de l'université de Syracuse, NY)

 

 

Posté par fran6h à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2017

Helena Noguerra : "Ciao Amore"

Helena NOGUERRA : "Ciao Amore"

ciao amore

 

Je connaissais la chanteuse Helena Noguerra, dont l'excellent album "Azul" m'a longtemps bercé il y a une quinzaine d'années, je connaissais l'actrice Helena Noguerra, dont le rôle dans "Hôtel Normandy" m'avait agréablement surpris, et j'étais donc curieux de découvrir Helena Noguerra l'écrivaine.

Le moins que l'on puisse dire c'est que ce roman ne laisse pas indifférent. Il peut par bien aspect paraître affligeant, consternant même, tant l'indigence du récit est flagrante. Et pourtant, il y a un petit quelque chose, une étincelle, une lueur, un brin de génie qui illumine au loin.

On est là dans un univers façon "Nouvelle vague", une sorte de "Pierrot le fou" avec des prénoms à la Nothomb.

Quelle invraisemblance dans cette histoire d'amour, de non-amour, de désamour ! Peut-on aimer et surtout se faire aimer fortuitement ? Comme ça par le premier homme rencontré, le prochain qui nous parle ? On lui donne dix jours ou c'est la mort.

La tragédie de l'amour, voilà le fond. Vaincre la séparation amoureuse, le deuil en quelque sorte, par le hasard, le fortuit. A cet égard, ce roman m'a rappelé "L'élixir d'amour" d'Eric-Emmanuel Schmitt .

Amateurs de roman d'amour déjanté, allez-y, sinon on peut allégrement passer son chemin, en espérant ne jamais rencontrer une Cléophée.

 

 

 

Posté par fran6h à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]