20 octobre 2018

Sophie Divry : "Trois fois la fin du monde"

Sophie DIVRY : "Trois fois la fin du monde"

Divry

Roman reçu dans le cadre des #MRL18 de Rakuten.

Joseph Kamal est en prison. Et puis par un événement extérieur fortuit, il se retrouve seul. C'est Robinson dans le Quercy. Tout comme Robinson,notamment celui de Tournier, il va peu à peu dresser son monde, ordonner sa vie, s'imposer le travail, vaincre la nature. Lui,  l'ex taulard, le rebelle, le marginal ... le voilà prisonnier de son propre esprit pour ne pas sombrer ...

Roman en trois parties, dont la première, dure, est vive, sans répit, sur le qui-vive. On ferme pas l'oeil. C'est tendu. Et puis, peu à peu, le rythme baisse, tout devient lent. On entre dans un environnement hostile.Dès qu'on quitte le monde habité, le moindre fait devient important, le moindre bruit une menace. 

Avec une qualité littéraire indéniable, Sophie Divry nous fait partager les grandes angoisses mais aussi les petites joies de cet homme perdu. Une réécriture originale du célèbre mythe, où l'on croise aussi des références à La route de Cormac Mc Carthy et au petit Prince de St Exupéry.

Vous l'aurez compris, ça ne respire pas la joie de vivre, mais le titre déjà était annonciateur.

 

 

 

 

 

Posté par fran6h à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 octobre 2018

Francesco Rapazzini : "Un été vénitien"

Francesco RAPAZZINI : Un été vénitien

un été vénitien

Venise, ah Venise ! Thème éternel, personnage de roman à elle seule ! Venise ! Ici c'est la Venise des vénitiens, de ceux qui vivent là, de ceux qui ne partent pas, de ceux qui passent leur été le long des rios et autres fondamente, qui se baignent sur place, ou au Lido. Et surtout la Venise de Francesco, vénitien de 17 ans en 1978. L'été il fait chaud, et à 17 ans on sent que l'on est en train de franchir un seuil, de passer peu à peu de l'autre côté, de quitter définitivement un monde qui n'existera plus désormais.

Passage donc, découverte des émois amoureux, du désir, ode à l'amitié, à la vie de quartier, aux repas partagés entre voisins et aux rêves.

Pour les rencontres, Venise se pose là. Traversée en permanence par des visiteurs qui restent un peu, qui passent l'été, qui partent , qui reviennent ... on croise au détour du récit Peggy Guggenheim ou Anthony Burgess, telle comtesse dont le palais borde la grand canal ...

C'est bien écrit, certes, mais le récit trop linéaire tarde à susciter l'intérêt. Malgré l'ambiance, qui imprègne bien le lecteur, comme une moiteur estivale et maritime, on se demande où l'on va ... Et l'on va irrémédiablement vers la fin de l'été, comme Venise va peu à peu vers la fin d'une ville qu'elle ne sera plus, quittant son innocence enfantine pour dépérir lentement mais sûrement sous les coups sans cesse plus ingrats d'un tourisme envahissant et destructeur.

Merci à Babélio de 'avoir permis de faire ce voyage littéraire , grâce à Masse Critique.

Posté par fran6h à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2018

Jean Echenoz : "Je m'en vais"

Jean ECHENOZ : "Je m'en vais"

je m'en vais

 

Quel bon bouquin encore ! Du grand Echenoz, comme on l'aime: exigeant avec la langue, rigoureux avec la trame, désopilant avec les situations ...

Ce roman a reçu le prix Goncourt en son temps, ce qui, en soit, ne signifie pas grand chose car cela dépend de la première sélection du comité cette année là.

Ici on est dans la veine de Cherokee en moins déjanté. Mais l'insignifiance est poussée à l'extrême : les personnages, notamment Ferrer le marchand d'art dépressif magnifique, l'intrigue invraisemblable dans le milieux du marché de l'art contemporain et les événements qui se succèdent toujours à la limite de l'absurde, mêlant intrigue criminelle et petits faits du quotidien.

Mais tout le charme réside dans le talent de l'auteur pour utiliser son génie de l'écriture au service d'une si petite histoire. On peut s'ennuyer ferme à la lecture de ce roman, si l'humour, la dérision, la critique du milieu de la création plastique contemporaine cachés dans le texte n'apparaissent pas au premier coup d'oeuil. Mais qui se laisse emporter par cette prose se délecte de ce conte noir et drôle, déprimant et vigoureux à la fois. Un état d'esprit, quoi.

Posté par fran6h à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]