François VALLEJO : "Hôtel Waldheim"

 

Hotel-Waldheim

A la recherche du temps perdu à Davos sur fond de guerre froide. Comment la mémoire et les souvenirs personnels reviennent et revêtent une nouvelle dimension plus de quarante ans après les faits. Pauvre Jeff qui, en vacances avec sa tante à l'hôtel Waldheim à Davos, va se retrouver, sans s'en rendre compte, au centre d'une intrigue liée à la disparition d'un homme. Un homme qui a fuit l'Allemagne de l'Est et qui est un rouage essentiel dans la fuite d'intellectuels de l'est vers l'ouest.

Cet épisode de vacances adolescentes avait complètement disparu de la surface des souvenirs de Jeff devenu quinquagénaire. Mais disparus ne veut pas dire complètement éteints. Malgré lui, harcelé par la pugnacité de la fille du disparu, des éléments reviennent. Au mois d'Août 1976 à Davos, entre parties d'échecs et de jeu de go, lecture de Thomas Mann et excursion en montagne, on croise des personnages, des vacanciers et le propriétaire de l'hôtel. Tout est affaire de mémoire.

Comment fabrique t-on nos souvenirs ? Doit-on s'en méfier ?

Entre espionnage et introspection, le roman nous entraîne dans une époque, un moment de l'histoire de l'Europe. C'est parfois un peu lourd, embrouillé, comme peuvent l'être les fragments de vie qui remontent à la surface. La lecture peut apparaître fastidieuse, mais le récit est fort habilement agrémenté d'incursions directes de la pensée dans le propos qui rendent le tout somme toute agréable. Peut-être que les connaisseurs de Thomas Mann (La montagne magique), les joueurs d'échecs ou de jeu de go s'y retrouveront plus facilement.