27 août 2019

Larry Tremblay : "L'orangeraie"

Larry TREMBLAY : "L'orangeraie"

L'orangeraie

Aziz et Amed sont jumeaux, ils ont neuf ans, ils vivent dans l'orangeraie de leur grand-père, exploitée par leur père, dans un endroit qu'on devine au proche-orient, entre désert, guerres, haines et violences terroristes. Pourtant l'orangeraie serait bien un paradis ... si ...

Comment des enfants peuvent-ils vivre et s'épanouir dans ce contexte ? Leurs rêves d'enfants sont percutés par les atroces réalités d'adultes, alors que les grands parents viennent de périr dans l'explosion d'un obus qui a traversé leur maison.

Un roman court, qui au-delà de la vie des enfants, traite du sacrifice. Du sacrifice de sa vie pour celle de l'autre et de son impact sur la personnalité de celui qui reste. 

Mené comme un conte, le récit est puissant. Il aborde les thèmes classiques de la guerre, comme la haine de l'ennemi, la vengeance institutionnalisée, mais aussi et surtout, et de façon très intéressante, la notion de martyr et la manipulation intellectuelle qui l'entoure.

Le fond est lourd mais l'écriture reste toujours agréable et la lecture aisée et rapide. Une jolie façon de traiter de thèmes intimes dans un contexte géopolitique chargé dont malheureusement la réalité qu'il sous-tend est toujours vivace.

 

Posté par fran6h à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 août 2019

Camilo Castelo Branco : "Mystères de Lisbonne"

Camilo CASTELO BRANCO : "Mystères de Lisbonne"

 

mystères de lisbonne

Voilà un long roman qu'il sera difficile de chroniquer. On est là dans la société lisboète (mais pas que)  du XIXème siècle marquée par un catholicisme dévorant. Le récit, long, met en scène le destin de quelques personnages centré autour d'un homme, Sebastiao de Melo, ou père Dinis selon les circonstances.

Des amours contrariées, des vengeances, de l'amertume, de la mélancolie irriguent le récit. Des aventures également. Mais essentiellement des secrets. C'est là tout le sel de ce journal. Des secrets douloureux, des choses tues, emportés dans les tombeaux des femmes où les hommes vont pleurer leurs regrets éternels.

C'est long à lire même si le récit n'est pas désagréable. Il faut savoir être patient et ne pas avoir peur de se perdre un peu dans les personnages (d'autant que plusieurs changent de nom selon les circonstances de lieux ou de temps) complexes qui se croisent et se recroisent ...

Une image de la société, souvent tournée en ridicule,  pour ce roman qui fait explicitement référence aux mystères de Paris et à la littérature française de l'époque.

 

Posté par fran6h à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]