19 août 2012

Jonathan Coe : "Testament à l'anglaise"

Jonathan COE "Testament à l'anglaise"

Testament à l'anglaise

Nous voici ici plongé dans l'Angleterre thatcherienne malgré ce titre évocateur de l'univers d'Agatha Christie.

Ici nous plongeons dans les tréfonds, dans les bas fonds même, d'une famille de riches industriels dont l'histoire s'étend sur trois générations de 1940 à nos jours. L'auteur réussi à la fois un polar, une saga familiale, un roman noir et une véritable oeuvre littéraire. Le lecteur est happé par la narration, par la satire sociale, par l'humour et surtout par la construction du roman lui même.

Les personnages se croisent et s'entrecroisent, les intrigues se nouent et se dénouent.

Tous les travers de la société anglaise des années 80 sont passés au crible à travers cette famille Winshaw dont les membres sont tous plus machiavéliques et pourris les uns que les autres. L'argent et le pouvoir, sans foi ni loi.

Certainement moins abouti que "La pluie avant qu'elle tombe", il n'en reste pas moins un excellent roman qui, malgré sa longueur, se lit rapidement.

 

 

 

Posté par fran6h à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 juillet 2012

Annie Ernaux : "Les armoires vides"

Annie ERNAUX : "Les armoires vides"

 

 

Les armoires vides

De l'ascension sociale au temps des faiseuses d'ange.

"Les armoires vides" c'est le récit de la honte du milieu social dans lequel on est élevé. C'est le récit violent des souvenirs d'enfance, dans le café-épicerie familial. C'est l'envie de sortir de là, c'est l'éducation (la réussite scolaire) qui doit permettre de sortir de là.

Denise Lesur, jeune étudiante, est en train de subir un avortement clandestin dans sa chambre d'étudiante. Lui reviennent alors à l'esprit tous les souvenirs de son enfance, de ses rapports avec ses parents, de la haine qu'ils lui inspirent.

Dans un style très vif, utilisant des mots durs, Annie Ernaux nous livre ici un premier roman remarquable. Le regard qu'elle pose sur la société de cette époque,au confins des années 50, est très intéressant. C'est la méritocratie française qui est disséquée, la réussite sociale par les études, la découverte de la culture littéraire et musicale, l'espoir d'une vie meilleure.

C'est une lecture émouvante, un impressionnisme social et psychologique redoutable.

Pour compléter cette lecture, et la tempérer, il est utile de lire "La place" et "Une femme" qui reprennent la même époque mais vue avec un autre regard.

 

 

Posté par fran6h à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2012

Marie Sizun : "Plage"

MARIE SIZUN : "PLAGE"

plage

Les lecteurs de ce blog savent maintenant que j'apprécie Marie Sizun, découverte avec "Le père de la petite", puis "Eclats d'enfance" et enfin un gros coup de coeur pour "Jeux croisés".

Marie Sizun est un écrivain de l'intime, de l'âme profonde, des sentiments, des contradictions et des doutes. "Plage" reste dans la lignée.

Ici, c'est la solitude qui est mise en avant. La solitude accompagnée de l'attente, de l'espoir et de l'amour.

Anne, une jeune femme passe une semaine de vacances en Bretagne dans un hôtel au bord de la plage. Nous sommes dimanche, et samedi prochain l'homme aimé arrivera. Cet homme qui n'est pas son mari, qui est le mari d'une autre, mais qui la rejoindra.

Anne passe ses journées sur la plage à observer, à réfléchir, à attendre, à inventer des histoires, à s'inventer une histoire.

Les jours passent, la longue attente s'installe. Avec un certain humour nous vivons au rythme des vacances d'été au bord de la mer.

Même si en apparence il ne se passe rien, on suit à partir des réflexions d'Anne, l'évolution de sa pensée, son vécu familial d'enfant et son approche de cette relation amoureuse particulière, presque irréelle.

Marie Sizun, avec son style toujours soigné et tout en nuance, nous dresse là, avec pudeur et délicatesse, le portrait d'une femme moderne. L'unité de temps et de lieu apportent une vivacité à ce roman qui donne envie de séjourner en Bretagne quelques temps, au bord de cette plage si propice à la réflexion.

plage torche

 

Posté par fran6h à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2012

Dans le sac pour les vacances

En plus de randonnées, de courses à pied, de musique, de plage avec les enfants et de quelques repas en famille, un peu de lectures. 

C'est la bonne saison, pour flémarder au soleil avec un bon bouquin.

 

Et hop, un tour à la médiathèque et l'affaire est dans le sac :

 

armoires vides

chouanstestament anglaise

femme de l'allemand

 Et peut-être des hasards, ou des prêts aléatoires en cours de route ... va savoir.

 

Posté par fran6h à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2012

Antoine Choplin : "Radeau"

"RADEAU" d'Antoine Choplin

Radeau

Amour et peinture au temps de l'occupation.

C'est en visitant le Château de Chambord que j'ai eu connaissance de l'opération qui a consisté à vider le Louvre de ses oeuvres en Juin 1940.

L'exode n'a pas concerné que les hommes et les femmes, mais aussi les oeuvres culturelles essentielles.

Ce roman d'Antoine Choplin, auteur que j'avais apprécié dans "Le héron de Guernica", se situe dans ce contexte.

Il s'agit d'une histoire d'amour, contée tout en pudeur, entre un homme qui transporte des peintures dans un camion et une femme qui erre le long de la route.

Le roman est en deux parties, une en 1940 pendant l'exode et l'autre en 1943 en pleine résistance.

La peinture est ici encore un personnage essentiel, et c'est "le radeau de la Méduse"  de Géricault qui détient la clé du mystère.

radeau méduse

Lecture courte et très agréable, ce roman, malgré le contexte historique peu réjouissant, est émouvant, à la fois sentimental et dramatique.

Les considérations sur la peinture et son histoire apportent une dimension supplémentaire tout à fait intéressante, comme un moyen de toucher la réalité des choses en passant du figuratif au subjectif.

En lisant je me suis souvenu que j'avais lu, il y a de nombreuses années un roman de Weyergans intitulé "Le radeau de la Méduse". Il faudra que je le relise.

Et il faudra alors retourner au Louvre la tête pleine de cette belle aventure.

 

Posté par fran6h à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 juillet 2012

Cormac McCarthy : "La route"

Cormac McCarthy : LA ROUTE

La route

Tout est gris dans ce roman, l'atmosphère, les paysages, les âmes, la narration. Gris, complétement déshumanisé.

La Terre n'est qu'un amas de cendres, et l'homme et l'enfant errent sur la route,vers le sud, poussant un caddie. Que cherchent-ils ? La survie certainement (ne pas mourir de faim ni de soif), mais bien plus assurément.

Cormac Mc Carthy nous brosse ce monde de désolation où la lueur est fragile, très fragile. Cette lueur que l'homme veut garder et transmettre au petit, pour ne pas éteindre complétement l'humanité qui est en eux. Ici, on ne sait pas ce qui s'est passé, mais il s'agit bien de l'histoire du passage d'un monde à l'autre.

Malgré un style très épuré (merci à l'excellente traduction), où l'abondance de phrases sans verbes et la surabondance de la conjonction "et" et ce texte dur qui reste très factuel, le lecteur est néanmoins transporté par le lyrisme. Pas de sentiments dans ce roman, et pourtant il s'agit bien d'une métaphore où le bien et le mal se côtoient, se confondent.

A lire, absolument, avant l'extinction des feux !

 

 

 

Posté par fran6h à 09:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 juin 2012

Michel Tournier : "Vendredi ou les limbes du Pacifique"

Michel TOURNIER : "Vendredi ou les limbes du Pacifique"

 

Vendredi ou les limbes du pacifique

 

 

Le temps, la civilisation, le rapport à autrui, voilà les thèmes abordés par ce grand classique de la littérature française du XXème siècle. Un roman écrit comme une réflexion philosophique, sur l'homme, sur la solitude, sur autrui. Mais aussi, il pousse à réfléchir sur l'existence, sur le but et le sens de celle-ci. 

Reprenant le thème du roman de Defoe (Robinson Crusoe), Michel Tournier nous conte l'évolution de cet homme seul sur une île déserte. De la désolation à l'espoir, de la solitude à la vie à deux, de la construction ordonnée à l'élementaire le lecteur évolue au rythme des différents passages. 

Comme souvent avec Tournier, tout est dans le symbole, et dès les premières pages, il annonce de façon codée ce qu'il va advenir. Le capitaine du bateau, à travers des cartes tirées, raconte à Robinson sa vie future. Mais on n'y prend garde et la succession des événements et des états nous entraîne dans cette vie de solitude. Car Robinson n'est pas un surhomme et il doit faire face à la satisfaction des besoins, qu'ils soient primaires (se nourrir, se protéger), sexuels ou sociaux (organiser, édicter des lois, des cérémoniaux, mesurer le temps ...) et une relation se noue entre l'île et son hôte. L'île devient le personnage central. 

Puis vient la rencontre avec l'Autre ! Tout l'édifice soigneusement élaboré par Robinson pour ne pas sombrer dans la folie va s'effondrer. Et si Vendredi était porteur d'une nouvelle vision de l'existence ? 

Très bien écrit, avec une richesse de vocabulaire étonnante de précision et de diversité, ce roman est essentiel. 

 

Posté par fran6h à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2012

Baccalauréat

A cette époque de l'année revient, aussi fidèle que le solstice sur le 45ème parallèle, le baccalauréat. 

Des centaines de milliers de jeunes vont présenter cet examen, qui clôture et ouvre à la fois. Véritable rite de passage, il draîne tous les phantasmes et toutes les critiques. Toujours remis en cause mais difficilement réformable, cet objet est ambigü. 

 


bachelier

Michel Tournier, en son temps, avait écrit un excellent article à ce sujet dans la revue "Mots". 

De l'étymologie à l'histoire (du gardien de vaches à l'homme de lettres et de sciences) finalement, le titulaire et le diplôme lui-même se confondent. 

La littérature n'en fait pas un sujet, même si nombre de bacheliers  jallonnent les romans du XIXème et début du XXème siècle. 

Courage aux jeunes qui vont vivre ce moment si particulier ! 

 

bachelièrebachotagepasse ton bac

 

 

 

 

 

Posté par fran6h à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2012

Livres de saison (1) : l'été

L'été arrive 

Ca y est les beaux jour s'installent, et avec eux des envies de soleil. 

La lecture en été, rien de tel. 

 

Voici quelques titres, évocateurs de la saison qui arrivent, encore tous frais pour certains, ou bien tout juste réédités pour d'autres. 

 

cet été làaccès plage

échappée belle

parfum thé glacé

 

 



Scène de plage0_trottoir soleil

 

 

Posté par fran6h à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2012

Marie Dubosq : "Les chambres d'Antoine"

Marie DUBOSQ : "Les chambres d'Antoine"

Les chambres d'Antoine

Voici une lecture originale, dans le cadre de l'opération Masse Critique de Babelio.

Originale à plus d'un titre. Ce roman est une histoire d'amour, une histoire d'un amour fort sur fond d'amnésie. Mais c'est aussi un roman noir. 

L'auteure, à travers Antoine, le narrateur qui recouvre peu à peu la mémoire, distille peu à peu des petites touches, brouille les pistes, apporte de la lumière, puis nous replonge dans le noir et la douleur.

Antoine, victime d'un accident est cloué sur un lit, dans une chambre prison, sans notion de temps ni de lieu.

L'environnement d'Antoine est réduit à sa plus simple expression : une infirmière qui prodigue les soins et de la lecture.

C'est à travers cette lecture, que, tout comme Antoine, l'on comprend que cette infirmière n'en est pas une et que quelque chose de plus intime lie ces deux personnages. 

Roman court et très bien écrit il donne envie de découvrir une auteure dont le talent est déjà visible. 

 

patinage

Ce roman a été recompensé au festival du premier roman de Chambéry

Posté par fran6h à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]