09 octobre 2010

Joyce Carol Oates : Délicieuses pourritures

delicieuses_pourrituresVoici un livre que j'ai presque tiré au sort dans les rayons de la médiathèque, uniquement sur le nom de son auteur dont j'avais envi de découvrir une œuvre. Ce roman, dont la version française date de 2003, nous emmène dans le cercle fermé d'une petite université féminine nord américaine.
Cette intrigue, sur fond de poésie et de sculpture, est centrée sur trois personnages: Gillian (l'étudiante), Andre Harrow (le professeur) et Dorcas (l'artiste et femme du précédent).
Le lecteur est tenu en haleine dès le début du roman qui est basé sur un double retour en arrière (la confrontation avec des totems, et le souvenir d'un incendie).

L'histoire se situe à la charnière de 1975 et 1976 dans un campus. Liberté des mœurs, sexualité, contestation des valeurs bourgeoises servent de fond.

Malheureusement, les personnages sont fades et rendent la lecture moins captivante que le début du roman ne pourrait le laisser croire. L'intrigue est faible et malgré certaines scènes qui relèvent le tout, l'ensemble est plutôt moyen.

Dommage.

Mais je tenterais bien un autre roman de JC Oates, pour voir.  

 

Voir un autre avis : Gwordia

Posté par fran6h à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 octobre 2010

Bernard Clavel : le romancier engagé

Clavel

Œuvre foisonnante, écrivain rebelle et engagé, Bernard Clavel vient de décéder à l'âge de 87 ans. Nourri du réalisme social, de l'histoire et de la géographie, Bernard Clavel a été multiple dans son unicité : défenseur de la paix et des droits de l'homme, toujours à l'écart des cercles littéraires, démissionnaire de l'académie Goncourt.Un écrivain comme on aimerait en rencontrer plus souvent.

Découvrez Bernard Clavel: mort d'un écrivain humaniste et engagé sur Culturebox !

Posté par fran6h à 14:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 septembre 2010

Raymond Radiguet : "Le diable au corps"

le_diable_au_corpsPour ma participation de Septembre au défi defi_classique j'ai choisi un court roman que j'avais lu il y a trente ans dans le cadre scolaire et que je n'avais pas du tout apprécié à l'époque.

Il s'agit de "Le diable au corps" de Raymond Radiguet.

Ce texte écrit dans les années 1920 a été publié en 1923, l'année même de la mort de l'auteur. Quasiment contemporain de "Le grand Meaulnes" il traite également du thème des amours adolescentes mais sans la dimension fantastique de ce dernier.

François, un lycéen de seize ans, fait face à ses préoccupations d'adolescents, dans une famille qui adopte des principes d'éducation assez libéraux et certainement en avant garde pour la période de la première guerre mondiale.

Il fait la connaissance de Marthe, une jeune fille de quelques années son ainée. Elle est fiancée à Jacques qu'elle doit épouser prochainement, et qui combat sur le front. Un amour naîtra entre les deux jeunes gens ... s'ensuit une série d'aventures et d'interrogations paradoxales du jeune homme sur ses sentiments, sur l'amour, sur la passion amoureuse même.

François se retrouve confronté à des questions qui dépassent son âge.

Écrit dans un style remarquable (qui dans un sens m'a rappelé François Mauriac), ce livre raconte la passion qui fait franchir toute les barrières morales. Radiguet dépeint en négatif les conventions sociales, pour s'en moquer avec une certaine ironie. Il nous conduit aussi à nous interroger sur la relation père-fils, omniprésente en filigrane tout au long du roman.

Un livre essentiel, sinon culte.

Posté par fran6h à 21:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 septembre 2010

Lycées et lycéens dans les romans

lyc_eLes lycéens ont repris le chemin de la classe ...
Sans vouloir être exhaustif, loin s'en faut, voici une petite sélection de romans dont les lycéens (adolescents) sont des héros et/ou dont les lycées sont les lieux de vie et d'intrigues ...

Cette année c'est "Après l'enfance" de Julie Drouard

En 2009, c'est essentiellement trois romans qui abordaient ces sujets :

Alexandre Lacroix : Quand j'étais nietzschéen : ou sur fond de lycée, c'est le sadisme qui ressort.
Lyubko Deresh : Culte : le jeune prof qui arrive dans un lycée où tout va bien, mais ou tout se dérègle.
Sacha Sperling : Mes illusions donnent sur la cour.

Plus ancien , mais toujours d'actualité, Marie-Aude Murail : La fille du docteur Baudoin (où le thème de la lycéenne enceinte est traité avec humour), ou La fille sans qualité de Juli Zeh et Nulle et grande gueule de la prolifique Joyce Carol Oates.

D'autres thèmes sont abordés au fil du temps, ainsi l'admiration de l'élève pour son maître dans la confusion des sentiments de  Stefan Zweig, ou encore "La bachelier" de Jules Vallès. On ne peut pas oublier, mais plus pour le contexte : "Le grand Meaulnes" d'Allain Fournier et "Le petit chose" d'Alphonse Daudet.

Posté par fran6h à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2010

Joseph Boyden : "Le chemin des âmes"

le_chemin_des__mesC'est en furetant sur le site de Marie L. que je suis tombé sur cette suggestion de lecture. Comme j'étais en vacances, je me suis dirigé directement vers ma librairie estivale préférée pour acquérir cet ouvrage.

Je l'ai pris sans même regarder la quatrième de couverture et je suis parti à l'aventure ...

Le chemin des âmes nous mène dans une lente aventure qui est à la fois guerrière et intérieure. Ce roman mené à un tempo très lent nous emporte dans la vie de trois indiens du Nord du Canada pendant la première guerre mondiale.

L'auteur nous conduit peu à peu, à travers l'horreur de la guerre, dans la folie meurtrière, dans l'aliénation physique (à la morphine) ou mentale (la résistance des indiens pour défendre leur mode de vie face au monde moderne des blancs).

Le chemin des âmes, c'est un voyage qui pendant trois jours conduit l'âme de la vie terrestre à l'autre vie, c'est aussi une réflexion sur le sens de la vie.

Un premier roman, remarquable, pleine à la fois de la vie et de la mort. Une histoire inspirée de celle de  Francis Pegahmagabow, soldat dans la première guerre mondiale, tireur d'élite, éclaireur, l'un des plus grand héros canadiens.

Un roman essentiel.

Posté par fran6h à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 septembre 2010

Littérature et politique

Le 17ème opus des "Cahiers de psychologie politique" consacre un dossier au thème : "Littérature et politique".

Ce dossier est dans son ensemble fort intéressant, notamment les contributions
de Jean-Gérard Lapacherie        
     Littérature n’est plus politique
et de Karine Gros
  Eléments d’introduction à l’influence du politique dans les genres littéraires au XIX siècle.


litterature_politique

   

Posté par fran6h à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2010

Alain Corneau, le cinéaste qui aimait la littérature

Alain Corneau vient de nous quitter.

Voilà un cinéaste qui a su mettre en valeur la littérature ... et dans tous les genres.

nothomb_stupeur

film_stupeur

Voici quelques exemples de films qu'il a tournés et les livres correspondants.

Série noire adaptation du roman de Jim Thompson "Des cliques et des cloaques"
Fort Saganne de Louis Gardel
Nocturne indien d'Antonio Tabucchi
Tous les matins du monde de Pascal Quignard
Stupeur et tremblements d'Amélie Nothomb
Les mots bleus d'après "Leur histoire" de Dominique Mainard

CHAPEAU ...

Posté par fran6h à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2010

Mort dans l'après-midi : Ernest Hemingway

mort_dans_l_apr_s_midiA l'heure où en Catalogne on vient d'interdire la course de taureaux (à part à Barcelone, elle n'existait déjà plus dans le reste de la Catalogne) et après m'être régalé il y a quelques temps de "Le soleil se lève aussi", j'ai entrepris la lecture de "Mort dans l'après midi".

Au départ je fus décontenancé par la nature du récit : il ne s'agit pas d'un roman, mais plutôt d'une sorte d'essais sur la tauromachie et l'art taurin ...

On se laisse toutefois emporter par le récit et parallèlement j'assistais donc pour la première fois à un corrida. Tout comme indiqué par Hemingway, j'assistais alors (en cours de lecture) à ma première corrida, aux arènes de Bayonne.

Une fois le livre lu, j'ai regretté de ne pas avoir pris une autre place pour une autre corrida que j'aurais probablement mieux comprise.

Ce livre de 300 pages n'évoque pas uniquement la corrida (c'est à dire la course de taureaux) mais également l'amont (l'élevage des taureaux, la préparation des chevaux, les toreros ...) et l'aval (la fin du taureau, la fin du torero, la décadence de l'art taurin ...).

En replaçant ce livre dans son contexte historique (publié en 1932) on découvre aussi l'Espagne. Et ce n'est pas le moindre intérêt.

corrida

Posté par fran6h à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2010

Stefan Zweig : Le voyage dans le passé

Dans le cadre de "J'aime les classiques" pendant le mois d'Août, j'ai lu sur la plage ce court roman (ou cette nouvelle, je ne sais) écrit en 1929, mais édité en 1976.

Le_voyage_dans_le_pass_Stefan Zweig évoque ici l'amour, la passion amoureuse même. Il traite cette passion à travers l'épreuve du temps. Un jeune homme brillant mais pauvre est engagé comme secrétaire particulier d'un homme âgé et malade qui partage sa vie avec une jeune et belle épouse. Alors de fil en  aiguille (et là tout le talent de Zweig opère), la passion naît puis croît ... jusqu'à la séparation. Le jeune homme ne peut refuser l'offre d'aller au Mexique développer les affaires et sa propre situation ...
Les amants se promettent des retrouvailles ...

Le temps passe, quelques péripéties (la première guerre mondiale) perturbent un retour rapide.

Mais les retrouvailles auront tout de même lieu ... et les deux amants entreprennent alors le voyage vers le passé.

Qu'en est-il de leur ancienne passion ?

Zweig signe ici un texte fort, peut être pas le plus grand de son œuvre, mais qui mérite toute l'attention des nombreux amoureux de l'écrivain.

Posté par fran6h à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]