13 février 2010

A l'ouest rien de nouveau

A l"ouest rien de nouveau (j'aime les classiques)

defi_classiqueInitié par Marie Carabistouilles, je tente mon premier défi "J'aime les classiques" avec ce roman allemand : A l'ouest rien de nouveau d'Erich Maria Remarque.

Le contexte du livre est connu, la guerre de 14-18 racontée par un jeune soldat allemand. Mais ce livre n'est pas qu'un livre sur la guerre. C'est essentiellement un livre sur l'homme et sur ce qu'il est capable de faire de plus stupide : la guerre.
A_l_ouest_rien_de_nuveau
On y découvre la préparation mentale des soldats (l'autoritarisme des officiers), puis l'horreur des tranchées, la permission, le sort réservé aux prisonniers ennemis, la tranchée de nouveau la mort donnée, l'hôpital, les soins et le retour à la tranchée.

Mais on y découvre aussi et surtout avec force un sentiment humain : la camaraderie.

Dans un monde sans passé, le narrateur prend peu à peu conscience de l'absurdité de la situation. Le moment de la permission avec le retour chez sa mère, le fait basculer dans cette prise de conscience. Son retour dans la tranchée et l'assassinat du soldat français qui mourra lentement près de lui en est l'apogée.

La camaraderie est bien traitée dans ce monde déshumanisé ... peu à peu les camarades disparaissent et la guerre bientôt se termine. Comment reprendre le cours d'une vie "normale" après ça ?

Ce livre est excellent, non seulement il fait un récit réaliste des horreurs de la guerre, mais il pousse loin l'interrogation sur l'humanité. Pour reprendre une expression chère à Hemingway, on voit bien dans ce livre "la génération sacrifiée".

Merci à Véronique D. de m'avoir fait découvrir ce défi.

Posté par fran6h à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]