08 janvier 2011

Les "Jardin" de grand-père en petits-fils

jardinAlexandre Jardin revient, dans cette rentrée hivernale, avec un nouvel opus dont le sujet est familial. Il traite cette fois-ci de son grand-père : Jean Jardin.

Jean Jardin, que Pascal Jardin avait déjà raconté sous le sobriquet de "Nain Jaune".

Jean Jardin, un homme controversé, non conformiste dans les années 30 (aux côtés de  Denis de Rougemont, Alexandre Marc et Arnaud Dandieu notamment), devenu une éminence grise sous Vichy (tout en protégeant et aidant des juifs notamment l'historien Robert Aron et la resistance) et sous la IVème République où il jouera un rôle près des ministres importants.

nain_jaune
jardin_assoulineloubet

Posté par fran6h à 11:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 janvier 2011

John Steinbeck : "La perle"

La_perleJohn Steinbeck, écrivain américain auteur de chefs d'œuvres dont notamment "Des souris et des hommes" ou "Les raisins de la colère", signe ici un court roman dont l'action met en scène une famille dont le mari Kino est pêcheur de perle.

La famille de Kino est pauvre, la vie de pêcheur de perle permet à peine la subsistance. La découverte d'une grosse perle sera t-elle la chance de sa vie ? La revente de cette perle permettra t-elle de sauver la santé de leur bébé piqué par un scorpion, et de les sortir de tous les malheurs que la vie leur réserve jusqu'à présent ?

Kino y croît ... mais la société des hommes est plus forte que lui. Un pauvre ne peut devenir riche ... la fatalité s'abat sur la famille.

Ce texte très fort et quelque peu pessimiste, ponctué par les chansons de la vie (famille, malheur ... ) nous entraîne dans un univers brutal, sauvage et sans pitié. L'espoir soudain de sortir de sa condition sociale peut entraîner les hommes à la dérive.

 

Je rapprocherais, pour cet aspect, ce roman du film des frères Coen "No country for old men".

 

C'est un livre que je recommande chaudement.

Pour un avis complémentaire, voir la critique de Véro du blog 1000 et - 1.

Posté par fran6h à 09:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 janvier 2011

"Le front russe", Jean-Claude Lalumière

le_front_russe

Cet ouvrage que j’avais repéré lorsque je m’étais aperçu que la préoccupation sociale hantait la rentrée littéraire 2010.

Ce n’est pas ici le monde de l’entreprise qui est dépeint, mais celui de l’administration.

 

Désireux de voyager et de découvrir le monde, un jeune homme passe le concours d’attaché d’administration du ministère des affaires étrangères. Rêvant d’une carrière diplomatique brillante, le voilà qui intègre ce ministère prestigieux.

 

Toutefois sa place au concours ne lui permet pas d’obtenir d’emblée un poste à l’étranger. Il est nommé à Paris au ministère. Le voilà qui quitte ses père et mère, bien décidé à briller dans sa vie professionnelle afin de rapidement obtenir des emplois à la hauteur de ses ambitions.

 

Arrivé à Paris, il apprend qu’il est nommé dans un obscur bureau, éloigné du Quai d’Orsay, en charge de la Sibérie et des pays en voie de création, que dans le jargon on nomme « le front russe », sorte de placard où il ne se passe pas grand-chose.

 

A travers, l’aventure de ce jeune homme qui s’accroche aux plus petites occasions pour sortir de sa condition, l’auteur dépeint, avec un réalisme teinté d’humour, les débuts de carrière de nombre de jeunes fonctionnaires que l’administration nomme cadre, et qui confrontent au quotidien leurs grandes espérances avec la réalité d’une activité professionnelle bien déprimante.

Posté par fran6h à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2010

Carlos Salem : "Aller simple"

Aller_simpleCarlos Salem que j'ai découvert par hasard dans le rayon nouveauté de la médiathèque de Poitiers est un écrivain argentin dont le premier roman "Aller simple" (Camino de ida en version originale) est publié en 2009.

Pour un premier roman c'est un coup de maître, roman jubilatoire qui mêle humour et émotions à travers des personnages cocasses qui vivent une aventure des plus rocambolesque.

Octavio Rincon est un modeste employé de l'état civil près de Barcelone, en vacances avec sa femme dans un hôtel de Marrakech. Lorsque sa femme meurt subitement pendant la sieste, Octavio est à la fois meurtri et soulagé d'être enfin débarrassé d'une épouse envahissante.

Il décide de ne rien dire et de ramener discrètement le corps de sa femme chez lui ... il fera alors des rencontres des plus étonnantes et les aventures s'enchaineront. On croise un vendeur de glaces dans le désert, moitié escroc, un espion colombien, un chanteur de tango, un prix Nobel de littérature, un groupe de hippie, et la réincarnation de Carlos Gardel ...

 

Tout le roman est ponctué de la vie et de l'œuvre de Carlos Gardel qui constituent le fil rouge de toute cette aventure. Au fil de cette épopée Octavio va se révéler un autre homme.

La vie n'est qu'un aller simple, et les décisions que nous prenons à chaque croisement de route nous conduisent toujours plus avant, sans retour possible.

Un roman frais et délirant.

 

 

 

 

 

 

Posté par fran6h à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2010

Noël

le_plus_beau_livre_de_noel_307_450_450Voici pour passer les fêtes, des romans qui ont Noël pour décor.

Sur le blog de Zone livre une sélection de romans policiers. Un choix impressionnant et qui donne le frisson.

Et un site plus classique qui présente des contes et romans de Noël : contedenoel.

Joyeux noël !

Posté par fran6h à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 décembre 2010

Alexandre Soljenitsyne : Une journée d'Ivan Denissovitch

une_journee_d_ivan_denissovitchEcrit par Alexandre Soljenitsyne alors qu'il se trouvait lui même au goulag, ce roman retrace dans le détail une journée d'un prisonnier lambda "Ivan Denissovitch", dit "Choukhov".

Ce roman a, de ce fait, une forte charge émotionnelle, car même s'il ne s'agit pas d'un récit autobiographique, le lecteur ne peut s'empêcher de replacer le texte dans son contexte : l'univers concentrationnaire soviétique.

L'histoire même du manuscrit et de sa publication, qui fait l'objet de la préface de la présente édition, est révélatrice du miracle. Cette édition est agrémentée des passages que la censure soviétique avait amputée au manuscrit pour autoriser sa publication (à bien des égards, très révélatrice).

Soljenitsyne, avec talent, nous fait vivre le quotidien des ces milliers de prisonniers dans un camp de travail, où l'on pourrait croire que l'humanité a disparu. Ces hommes se raccrochent au peu qui leur permet encore de se considérer comme humain dans cet univers à la fois clos et absurde.

Ce texte dense aura une portée symbolique très importante dans tout le monde occidental des années 60.

Même 50 ans plus tard, même si le contexte géopolitique est complétement changé, la lecture de ce roman est riche d'enseignement pour tout un chacun.

Posté par fran6h à 22:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 décembre 2010

Antéchrista d'Amélie Nothomb

Ant_christaCe court roman, mais c'est un pléonasme en parlant d'Amélie Nothomb, nous plonge dans l'adolescence à travers les relations entre deux jeunes filles de seize ans.

La narratrice, Blanche, d'un tempérament introvertie et qui n'a jamais eu d'amis est repérée par Christa, très expressive, la fille la plus admirée de la fac.

Pour Blanche c'est le choc. Elles vont devenir amies.

Mais quelle est la base de cette amitié entre ces deux filles que tout oppose ?

L'auteur, avec son style vif et non sans humour, nous mène au cœur d'une manipulation diabolique.

Un bon roman, qui nous conduit, à travers les difficultés de la construction de la personnalité au moment de adolescence, dans un affrontement à la fois cruel et attachant.

Une bonne entrée en matière pour qui veut découvrir Amélie Nothomb.

 

Posté par fran6h à 07:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 novembre 2010

Le rapport de Brodeck, Philipe Claudel

le_rapport_de_BrodeckJ'avais beaucoup aimé "les âmes grises" ou "la petite file de Monsieur Linh", et bien la lecture de ce roman m'a conforté. Philippe Claudel est un auteur majeur de la littérature francophone contemporaine.

Ce roman publié en 2007 est complexe et évolue à travers les souvenirs de Brodeck, chargé de rédiger un rapport sur un meurtre ayant eu lieu dans le village.

Le meurtre est un élément central du roman. Non seulement celui-là, mais beaucoup d'autres (le meurtre gratuit dans les camps de la seconde guerre mondiale, les meurtres commis par l'armée d'occupation, le meurtre entre déportés lors du voyage, le meurtre de l'étranger par les gars du village ...).

Les souvenirs semblent distillés de façon confuses, mais les évènements divers prennent du sens, et finalement tout se tient. Le talent de l'écrivain est ici perceptible. Ce roman est captivant et pas si noir qu'il n'y parait. L'auteur s'ingénie à des descriptions de la nature qui illuminent le texte.

Mais c'est bien l'illustration de la nature humaine qui conduit l'ensemble du texte.

Une œuvre majeure, à mettre entre toutes les mains.

Posté par fran6h à 14:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 novembre 2010

La première guerre mondiale dans les romans

11 Novembre 1918 : l'armistice.

Marqués par la rude épreuve, beaucoup d'écrivains témoins ont écrit sur cette épisode douloureux de l'histoire contemporaine. Pour ne citer que les plus connus ...

Côté français : "Les croix de bois" de Roland Dorgelès, "Le feu" d'Henri Barbusse
Côté allemand :"A l"ouest rien de nouveau" d'Erich Maria Remarque
Côté américain :"L'adieu aux armes" d'Ernest Hemingway

Et certainement un des ouvrages clés de la littérature du XXème siècle : "Voyage au bout de la nuit" de Louis-Ferdinand Céline.

cyclistes_aux_tranchees___1916

crédit photo : http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/index.htm

Posté par fran6h à 15:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 novembre 2010

Emile Zola : La fortune des Rougon

la_fortune_des_rougonEmile Zola constitue ma lecture pour le défi J'aime les classiques du mois d'Octobre sur une suggestion de Yohan.

J'ai donc commencé par le commencement, évidemment j'avais déjà lu Zola (l'assommoir, germinal, l'œuvre, la terre ...), mais là j'attaque dans l'ordre.

Nous voilà donc à Plassans, à l'origine des familles Rougon et Macquart pendant le coup d'Etat de Décembre 1851 qui verra la naissance du Second Empire. L'histoire dure une semaine, mais Zola en profite pour remonter dans la généalogie autour du personnage d'Adélaïde Fouque, matrice de cette famille.

"Pascal fixait un regard pénétrant sur la folle, sur son père, sur son oncle; l'égoïsme du savant l'emportait; il étudiait cette mère et ces fils, avec l'attention d'un naturaliste surprenant les métamorphoses d'un insecte. Et il songeait à ces poussées d'une famille, d'une souche qui jette des branches diverses, et dont la sève âcre charrie les mêmes germes dans les tiges les plus lointaines, différemment tordues, selon les milieux d'ombre et de soleil. Il crut entrevoir un instant, comme au milieu d'un éclair, l'avenir des Rougon-Macquart, une meute d'appétits lâchés et assouvis, dans un flamboiement d'or et de sang."

Les Rougon Macquart c'est une double approche, histoire d'une famille et histoire politique et sociale de la France pendant le Second Empire.

L'amour et la politique sont étroitement mêlés : "C'était la République qui dormait avec Miette, dans un pan du drapeau rouge. Ah ! misère, elles étaient mortes toutes les deux ! elles avaient un trou saignant à la poitrine, et voilà ce qui lui barrait la vie maintenant, les cadavres de ses deux amoureuses."

Ce roman fondateur donne envie de poursuivre l'œuvre de l'auteur mais également de mieux connaître cette épisode de l'histoire de France, notamment de se plonger dans "Napoléon le petit" de Victor Hugo.

Posté par fran6h à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]