07 août 2016

Eric-Emmanuel Schmitt : "L'élixir d'amour"

Eric-Emmanuel SCHMITT : "L'élixir d'amour"

schmidt

Roman en forme d'échanges de lettres, de messages plutôt, entre deux amants qui viennent de se séparer et qui cherchent à construire quelque chose après l'amour. Après l'amour, lorsqu'il n'est plus le ciment d'un couple, que reste t-il ?

En forme de défi, sur la base de la thérapie psychanalytique, peut-on trouver un équivalent à l'élixir d'amour qui emporta Tristan et Iseult ? L'amour peut-il être provoqué ?  Est-ce qu'il est possible pour le thérapeute de profiter du lien particulier qui l'unit à son patient en cours de traitement pour générer cette attirance qui deviendra de l'amour ? Finalement l'amour est-ce une chose que l'on choisit ou bien que l'on subit ?

Subtilement, l'auteur nous questionne, nous interroge, nous pousse à la réflexion. Même si les situations sont parfois un peu caricaturales, les pensées qui traversent ces lettres échangées sont vives et percutantes. Sans être un grand roman,le texte reste original, plaisant et vite lu.

 

 

Posté par fran6h à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 août 2016

Dominique Fernandez : "Le piéton de Rome"

Dominique FERNANDEZ : "Le piéton de Rome"

le-pieton-de-rome

Dominique Fernandez est certainement le français qui connaît le mieux Rome. Alors, rien de tel, lorsque l'on part passer une semaine dans la ville éternelle, que d'emporter dans son bagage ce bouquin. Un vrai complément, documenté et subjectif, des traditionnels guides de voyages.

En compagnie de Dominique Fernandez, on est comme avec un ami qui explique les choses que l'on voit, mais aussi celles que l'on ne voit pas, l'explicite et l'implicite. De la Rome antique à la Rome actuelle, et selon des thématiques propres à cette ville le lecteur est porté à la rencontre de personnages et de faits.

Hadrien que l'on croise partout, l'ombre d'Italo Calvino au café Rosati, Bernin qu'on apprend à connaître, le Caravage, Raphaël, Mussolini, le poids de l'Eglise, le rôle du Vatican ... quel délice !

Et les fontaines, et les statues, et les obélisques, chaque instant du piéton de Rome est agrémenté de commentaires qui ne sont pas que des analyses explicatives mais également des opinions, des points de vue, des partis pris.

Bravo (au sens italien du terme) et merci pour ces moments partagés.

 

 

 

Posté par fran6h à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2016

Yves Gaudin : "Trop tard pour mourir"

Yves GAUDIN : "Trop tard pour mourir"

TropTardMourir

Trop tard pour mourir. Quand on a commencé à fuir, c'est sans fin. C'est la fuite en avant. Partir. Repartir. Recommencer. Vouloir tout effacer.

Coincé dans le container de son déménagement, le voici dans le noir, bercé par la houle, redécouvrant les objets familiers et les souvenirs.

Et quels souvenirs ! Quelle vie ! Que de trépidations !

Et les souvenirs qui reviennent, alors que l'esprit s'en va, et le récit qui passe du tendre au brutal, de l'amoureux au meurtrier en fuite.

Avec une maîtrise du style et du langage, l'auteur nous emmène dans la vie d'un homme simple. D'un type ordinaire qui vit sa vie comme une fugue.

 

 

 

 

Posté par fran6h à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2016

Philippe Claudel : "L'arbre du pays Toraja"

Philippe CLAUDEL : "L'arbre du pays Toraja"

Claudel

Quelle déception que cette lecture !

Pourtant je partais avec un a priori positif tant mes précédentes lectures (Les âmes grises, La petite fille de Monsieur Linh, Le rapport de Brodeck) m'avaient enthousiasmé. Mais là, je n'ai pas compris.

L'arbre du pays Toraja est utilisé comme une sépulture pour le corps des enfants dans une île d'Indonésie, il l'enveloppe, l'enferme, et peu à peu les deux se fondent. A partir de ce fait et sous prétexte d'un roman qui met en scène un cinéaste dans le passage entre la jeunesse et la vieillesse (entre la cinquantaine et la soixantaine) l'auteur nous emmène dans une suite de réflexions sur la vie, la mort, la jeunesse, la vieillesse, la santé, la maladie, l'amour, la distance ... .

Bien sûr le fond du texte est intéressant et pousse le lecteur à la réflexion, au questionnement intime, à la réinterrogation des convictions profondes, mais la conduite de la narration et la mise en scène, en quelque sorte, ne m'ont pas semblé pas à la hauteur.

Dommage. Je suis passé complètement à côté de cette histoire, de ce texte, de ce roman.

 

.

 

 

 

Posté par fran6h à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2016

Gaëlle Josse : "Noces de neige"

Gaëlle JOSSE : "Noces de neige"

noces-de-neige-

La Russie, Nice et entre les deux : le train. Le train et plus de cent ans entre ces deux voyages. L'un dans un sens, à la fin du XIXème siècle, où une famille aristocratique remonte en Russie après avoir passé l'hiver sur la Riviera ; l'autre dans l'autre sens au début du XXIème siècle, dans l'espoir de trouver le bonheur et l'amour sur la Baie des Anges ...

Deux femmes. Deux vies. Deux siècles. Deux mondes.

Le voyage est long, il dure plusieurs jours et plusieurs nuits. On a le temps de rêver, de penser à l'homme qui attend, à celui qu'on espère, celui qu'on va retrouver tout au bout du voyage, sur le quai, pour la vie. Mais c'est bien pendant le voyage, pendant ce temps de vacuité entre deux lieux, entre deux temps, que les destins vont se dénouer.

Sautant de l'une à l'autre, Gaëlle Josse nous entraîne dans l'âme russe, dans ce petit rien de mélancolie, de fragilité, de sensualité que portent ces deux femmes. Un texte court et sensible, alliant la poésie au drâme et l'amour aux désillusions.

 

 

Posté par fran6h à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 avril 2016

Jean Echenoz : "Envoyée spéciale"

Jean ECHENOZ : "Envoyée spéciale"

Envoyée spéciale

Alors là c'est du grand Echenoz, dans la veine de Cherokee mais en plus abouti, en plus dynamique, en plus cinglant.

Un roman d'espionnage avec les ingrédients du genre, le tout passé à la moulinette de l'absurde, de l'humour, de la noirceur joyeuse, de l'enthousiasme pitoyable.

Mais pourquoi Constance, oisive par nature, se laisse t-elle embarquée dans cette aventure ? Comme si les évènements n'avaient que peu de prises sur elle, enlevée, séquestrée, éduquée, envoyée en mission, elle côtoiera, consciemment ou non, tous les types qui jalonnent cette histoire, de Paris à PyongYang en passant par la Creuse ...

Et le narrateur, fort de son omniscience, qui se permet d'intervenir dans le déroulé ! On croit rêver ! Et tout ça pour le service de la patrie, comme un maillon angulaire du fragile équilibre des relations internationales contemporaines. Mais à vrai dire qu'importe l'intrigue pourvu qu'on ait l'ivresse.

On jubile, on rit, on s'exaspère, on redoute le pire parfois, et on avale ces trois cents pages d'un coup, d'un trait, comme un petit blanc sec bien frais au comptoir d'un zinc, à Paname ou au sud d'Aubusson.

Une vraie réussite littéraire. Bravo.

 

kim-jong-un-le-leader-nord-coreen-est-confronte-a-de_2745227_1000x500

 

Posté par fran6h à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2015

Boualem Sansal : "2084- La fin du monde"

Boualem SANSAL "2084 - La fin du monde"

2084

Le magazine "Lire" vient de classer ce roman comme le meilleur de l'année 2015. Eh bien, c'est qu'on doit pas avoir la même approche.

Le sens profond de ce roman dystopique qui rappelle par son titre le célébressime "1984" de George Orwell, est certainement très clair, mais la narration ne suit pas. On peine à entrer dans l'histoire, l'installation est lente, puis on commence à être emporté par le récit et là patatras, la fin nous embrouille plus qu'elle nous éclaire.

Dans l'Abistan la société est basée sur l'ignorance, pas de fioritures, pas de culture, même presque plus de langue. On vénère Yölah et Abi son délégué. L'Abistan est construit sur les ruines d'un monde ancien, à partir d'une extrapolation d'une religion ancienne, disparu progressivement à l'occasion de guerres saintes successives ... Le temps même semble immuable, y'a t-il un avant 2084 ? Y a t-il un après ?

C'est dans ce monde qu'Ati, parti en cure au sanatorium pour soigner une phtisie, va découvrir qu'il existe une frontière. Et qui dit frontière dit existence d'un ailleurs, d'un autre monde ... bouleversant. Dérangeant, même. Peu à peu, le petit cerveau formaté va ouvrir des perspectives jusqu'alors insensées, et la rencontre avec l'archéologue Nas va décupler les interrogations.

Boualem Sansal nous présente une société où le fondamentalisme religieux a pris le pas sur tout et régit la vie de chacun. Pas de place pour l'individu, règles strictes rythmant le quotidien, surveillance constante et diffuse, appareil d'Etat omnipotent, massacre des réfractaires, hiérarchie sociale figée ... Cette société est une dictature, une tyrannie de la pire espèce.

Bref, si te thème est intéressant, le récit ne le met guère en valeur. On aurait pu là avoir un livre fort qui devienne un classique, à l'instar de "La ferme des animaux" d'Orwell ou de "La peste" de Camus, mais le compte n'y est pas. Je n'ai pas réussi à être emporté par le récit et par l'aventure. Dommage.

 

 

 

Posté par fran6h à 13:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 novembre 2015

Antoine Choplin : "Une forêt d'arbres creux"

Antoine CHOPLIN : "Une forêt d'arbres creux"

foret-darbres-creux-01

Résister à l'oppression par le dessin ?  A Terezin entre 1941 et 1944 c'est le destin de Bedrich Fritta. Interné dans ce camp "modèle" vitrine du bon traitement des juifs par les nazis (voir à ce sujet l'excellent "Terezin Plage"), Bedrich dirige le service du dessin technique. il s'agit essentiellement de dessins architecturaux.

Mais avec les autres dessinateurs ils vont crayonner ce qu'ils vivent, ce qu'ils voient, ce qu'ils ressentent. Evidemment il faut prendre d'énormes précautions pour cette activité toute à la fois clandestine et séditieuse. Quelques dessins sortiront du camp, quasi miraculeusement.

Antoine Choplin s'attache à nous faire entrer dans le quotidien de Bedrich, de sa femme Johanna et leur enfant Tomi. Avec une sensibilité servie par un langage imagé mais précis, avec un art de la concision (le texte est plus une longue nouvelle qu'un court roman) parfaitement maîtrisé, l'auteur creuse le sillon de la vie des hommes autour de l'art pictural à la suite de "Radeau" ou du "Héron de Guernica" notamment.

Au fil des ans, et des textes, Antoine Choplin devient un auteur incontournable.

Cette lecture est dans le cadre des #MRL2015. Merci aux éditions "La fosse aux ours"

terezin fritta

(dessin de Bedrich Fritta réalisé à Terezin)

 

 

 

Posté par fran6h à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2015

Antoine Choplin : "La nuit tombée"

Antoine CHOPLIN : "La nuit tombée"

 

nuit tombée

Que reste-t-il de Tchernobyl ? Pas de la centrale dont le confinement de béton et d'acier est toujours en cours presque 30 ans après l'accident, non, mais les gens de Tchernobyl ? Ceux de Pripiat plus exactement ?

Ces gens qui ont vécu l'accident, qui ont travaillé sur le site pour le sécuriser dès le lendemain de ce 26 avril 1986, ceux qui sont partis, évacués, ceux qu'on a installé plus loin et qui ont repris un cours de vie, ceux qui sont atteints d'affections incurables, ceux qui ont perdu les leurs ...

Gouri fait parti de ceux-là. Il vit à Kiev, il est écrivain. Il veut revenir chez lui à Pripiat, revoir son appartement, là où il a vécu avec sa femme et sa fille. Mais la zone est protégée et inhabitée, c'est un no man's land. Il décide d'y aller enfourchant sa moto. Le temps d'un aller-retour, avec une halte le temps d'un dîner chez les amis restés à proximité de la zone.

C'est simple, mais c'est beau. Quelques dialogues à mots comptés, des phrases simples, de la poésie et beaucoup d'émotions.Un court roman, qui se lit vite, mais qui grâce à sa profondeur restera longtemps dans les souvenirs.

Antoine Choplin est un auteur que j'apprécie pour son écriture et par la capacité qu'il a à situer des histoires simples dans des contextes graves ( le bombardement de Guernica pour "Le héron de Guernica" ou encore l'exode de 1940 pour "Radeau").

 

 

 

Posté par fran6h à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2015

Thomas B. Reverdy : "Il était une ville"

Thomas B. REVERDY : "Il était une ville"

Reverdy

Encore un roman de la rentrée littéraire 2015 qui a figuré dans la première liste du Goncourt.

Le décor est vite planté : il s'agit de Detroit (Michigan). Detroit la ville des moteurs, capitale de l'industrie automobile toute puissante. Mais en ce début de XXième siècle, la Catastrophe a saisi la ville. Un cataclysme qui va tout emporter.

2008 : la crise financière va emporter complètement cette ville, ses usines, ses habitants. Plus de travail, impossible de rembourser les crédits, les habitants quittent peu à peu la ville. Le dernier qui part éteint la lumière....

C'est dans cette atmosphère qu'un ingénieur français est envoyé par l'Entreprise pour mettre au point une nouvelle plate-forme d'automobile qui permettra de relancer cette industrie. il découvre alors la désolation. Des quartiers entiers désertés, des services publics abandonnés, des gamins livrés à eux-mêmes, des mafias locales qui réorganisent la société, une police dépassée et quelques âmes qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) partir.

Ecrits en chapitres courts et denses, on suit quelques personnages typés et attachants, même s'ils sont parfois un peu archétypaux. Ils sont les résidus d'une société où le taylorisme a poussé à fond sa logique implacable, au-delà des processus industriels jusque dans la vie même, où la finance s'auto-nourrit sans états d'âmes, où l'argent roi ne connaît ni règles ni frontières ...

La ville de Détroit est particulièrement bien décrite, elle est même le personnage principal du récit, et l'auteur s'en est particulièrement imprégné et nous la restitue avec une force évocatrice à la fois féroce et tendre.

Detroit-problems

Posté par fran6h à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]